« Nos données personnelles, le fondement d’une nouvelle souveraineté »



« La valeur ajoutée de la quantité des données qui transitent chaque jour vers les Etats-Unis et la Chine au détriment de l’Europe est infiniment plus grande que la production de masques en tissu sur le territoire national », mettent en garde le député de l’Essonne et le sénateur de Meurthe-et-Moselle

Chaque jour, 80% des données émises par les Français sur les plateformes numériques, sur nos smartphones, ou par nos objets connectés sont captées par les Etats-Unis et la Chine parce que les logiciels source y sont résidents. A l’heure où le gouvernement s’interroge sur le tracking des malades infectés du Covid-19 par le biais d’une application smartphone, il y a fort à parier que les géants du web étrangers sont déjà capables d’établir une cartographie de l’épidémie en Europe à partir de nos conversations personnelles sur les réseaux sociaux, de rendez-vous médicaux conclus sur les applications médicales ou des écarts au confinement à domicile qui échappent aux autorités mais dont le trajet reste en mémoire dans les serveurs de Waze.

Si les données personnelles renseignent par définition sur un individu, elles sont surtout des données communes : ainsi le répertoire d’un téléphone portable renseigne sur les liens qu’entretient une personne avec un nombre considérable d’autres personnes. L’ensemble de ces données constitue un véritable patrimoine national. Or celui-ci ne fait l’objet d’aucun contrôle, est ouvert à tous les vents, commercialisable sans limite alors même qu’il constitue une part de nos vies privées, de nos intimités.

La crise actuelle nous invite à repenser notre souveraineté. Relocaliser la production d‘industries comme celle du médicament ou des masques en France est une nécessité. Mais celle-ci doit impérativement s’accompagner d’une nouvelle souveraineté sur nos données : une véritable souveraineté numérique. La valeur ajoutée de la quantité des données qui transitent chaque jour vers les deux grandes puissances mondiales en passe de réactiver des guerres commerciales au détriment de l’Europe est infiniment plus grande que la production de masques en tissu sur le territoire national sur fond de rhétorique industrielle martiale.

Patrimoine. Pour maîtriser notre destin, il est temps de comprendre le basculement du monde dans l’économie de la donnée. Si ce patrimoine numérique qui renseigne sur chacun d’entre nous, n’est pas stocké et protégé en France, il continuera d’alimenter des bases de données extraterritoriales qui asphyxient définitivement tout espoir de « produire en France » en nous privant de la principale matière première d’expertise de l’industrie du futur.

Pire, sans souveraineté retrouvée, nous risquons demain la mise en confinement numérique totale. Que deviendrait l’économie sans les logiciels et sans les données fournis et actualisés chaque jour par les Etats-Unis ? Nous le savons, ce monde ne relève plus de la science-fiction. L’Europe souffrira tôt ou tard d’avoir laissé la main à de véritables cyber-empires. Notre nation s’inclinera face à des géants sans frontières et sans droit qui ont dépassé de loin la puissance des Etats. Dans le fameux « monde d’après », stoppons l’épidémie de l’impuissance digitale. Mais mettre fin à l’hémorragie des données produites en France, en ne les transférant qu’en échange de protocoles souverainement définis, nécessitera du courage. Notre Constitution pourrait consacrer ce patrimoine national numérique, enjeu parmi d’autres dans la reconquête de notre liberté et de notre compétitivité.

Robin Reda est député de l’Essonne et vice-président de Libres. Jean-François Husson est sénateur de Meurthe-et-Moselle.