"Aucune forme de compromis ou de rapprochement avec les extrêmes n’est acceptable ou possible&q



Valérie Pécresse a demandé lors du bureau politique du 18 septembre 2018 que les Républicains condamnent sans réserve le démantèlement de l’Etat de droit en Hongrie engagé par Monsieur Orban. Le recul de la liberté de la presse, des libertés universitaires, de l’indépendance de la justice et de la séparation des pouvoirs, ne sont pas compatibles avec les valeurs européennes. Les Républicains doivent redire clairement, comme à l’article 3 de leurs statuts qu’ils s’engagent « pour la construction d’une Europe libre et démocratique et pour le progrès de la démocratie dans le monde ».

Valérie Pécresse a par ailleurs demandé au bureau politique de prendre une position de principe vis-à-vis des adhérents et des élus qui prôneraient la fusion des Républicains avec le Rassemblement National. La charte des valeurs des Républicains est claire : aucune forme de compromis ou de rapprochement avec les extrêmes n’est acceptable ou possible. Elle a appelé le bureau politique à réaffirmer la non porosité entre les Républicains et l’extrême droite et demandé à ce que les « fusionistes » soient déclarés immédiatement démissionnaires du parti.