2018, l'an I de la reconstruction de la droite



Cette année qui vient de s'écouler a été éprouvante pour notre famille politique et pour tous nos militants et sympathisants, à qui je veux rendre hommage ce soir. J’ai partagé leur tristesse et leur déception, mais je leur dis que c’est avec eux, forts de leur passion pour la France et de leur pugnacité, que nous écrirons une nouvelle page politique pour notre pays. Car, il ne faut pas se tromper, la défaite de 2017 n’est pas qu’un simple accident de parcours, c’est la fin d’une époque. Nous avons donné l’impression que nous étions plus attachés à la France d’hier qu’à celle d’aujourd’hui et de demain. Il faut bien mesurer l’étendue de cette défaite pour savoir bâtir à nouveau des fondations solides et redonner envie aux Français de nous retrouver. La tâche est immense pour rénover le logiciel politique de la droite et renouer les fils avec la société française telle qu’elle est aujourd’hui.

La France a élu un nouveau Président de la République pour 5 ans. Notre pays a besoin de se réformer profondément, très profondément, après le quinquennat désastreux de François Hollande. Notre opposition doit être ferme, exigeante et créative. Notre opposition se doit aussi d’être juste. Nous devons gagner la bataille de la crédibilité. N’épuisons pas nos forces à critiquer des réformes économiques qui, même si elles manquent d’audace, vont dans le bon sens, et mettons en revanche notre énergie à tracer des voies de réforme bien plus ambitieuses pour redresser la France. Car nous voyons dans ces premiers mois de gouvernement des insuffisances et des failles qui nous légitiment pour avancer des propositions fortes. Nous souhaitons une société véritablement libérée des entraves de la bureaucratie, des normes et du centralisme. Nous souhaitons une France indivisible, laïque et sûre, dans laquelle l’Etat se montrerait intransigeant face à la montée des communautarismes, aux migrations incontrôlées, et aux menaces de l’islamisme radical. Nous voulons que le gouvernement s’attaque réellement aux inégalités et aux fractures entre les territoires. Nous voulons que la loi Républicaine soit respectée partout et par tous, et que tous ceux qui l’enfreignent soient efficacement sanctionnés.

Les Républicains se sont dotés d’un nouveau Président depuis quelques semaines, dont le premier défi est d’accepter de faire vivre ensemble les différentes sensibilités de la droite et de donner toutes les garanties pour organiser un débat d’idées serein et ouvert. Car il ne faut pas oublier que la droite puise sa force dans sa diversité, et cela s’est vérifié dans nos victoires comme dans nos défaites. Notre famille gagne quand elle s'élargit et perd quand elle se rétrécit.

Je sais que beaucoup de nos militants et sympathisants sont déboussolés, certains sont déjà partis et d’autres s’interrogent. Je leur dis de rester, et de rester avec Libres ! car nous ne renonçons pas à convaincre et à peser à l’intérieur. Nous défendons une droite qui reste scrupuleusement fidèle à ses principes fondateurs, sans aucune porosité avec le Front National ou ses alliés. Notre démarche est une démarche d’unité car l’union fait la force. Je crois que la droite n’a d’avenir que si elle permet à toutes les sensibilités de s’exprimer. C’est dans cet esprit que j’ai proposé que notre mouvement Libres ! devienne un mouvement associé au sein des Républicains, car nous sommes dedans mais différents. Et c’est comme cela que nous apporterons une pierre utile à la reconstruction de notre pensée politique.

La tâche est immense pour nous réinventer. Et 2018, doit être l’an I de la reconstruction. Libres ! y prendra toute sa part en partageant ses premières propositions dès le mois de janvier. Nous voulons une droite qui incarne tout autant l’ordre que l’espoir. Une droite forte sur le régalien mais pas populiste, une droite sociale qui s'adresse aux classes moyennes mais aussi aux plus fragiles et à ceux qui se sentent déclassés. Une droite qui sait que la réponse aux problèmes des Français ne se limite pas à la question de notre identité. Une droite qui veut aussi apporter des réponses économiques et sociales aux maux du pays. Une droite de la transmission des valeurs et de l’éducation, qui s’empare aussi des défis de notre temps : l'innovation, l'écologie et la culture. Une droite qui fait de l’émancipation des personnes la pierre angulaire de son projet : émancipation des femmes, des jeunes et des Français de toutes origines qui ont choisi de participer à notre projet collectif.

Depuis 2 ans, j'ai consacré toute mon énergie au service de ma région, comme je m’y étais engagée. Je veux faire de la politique par la preuve en transformant l’Ile-de-France en métropole attractive, écologique et solidaire, qui relance l’ascenseur social en donnant sa chance à chacun et qui réduise les fractures entre les territoires urbains et ruraux. C’est aussi dans nos territoires que notre famille politique regagnera en crédibilité. En 2018, je vais poursuivre ces efforts pour redonner espoir aux Franciliens, mais je serai également actrice à 100% de la refondation de la politique française en y apportant idées neuves et des propositions de terrain.

Je fais le vœu qu’en 2018, la fin de la guerre en Syrie et en Irak amène à entrevoir la fin de la menace terroriste sur notre sol. Je fais le vœu que 2018 soit aussi le moment d’une réflexion lucide et engagée sur notre projet européen. Je fais le vœux que la voix de la France sera entendue sur les grands défis qui nous attendent : défis de paix et sécurité, climatiques et humanitaires. Je forme enfin le vœu que les Françaises et les Français, par leur dynamisme, leur créativité et leur esprit d’entreprise nous placerons, dans de nombreux domaines, au premier rang.

A chacun d’entre vous, ainsi qu’à vos proches et à ceux que vous aimez je souhaite une bonne année ! D’abord la santé, l’affection et la réussite de vos projets. Que tous vos vœux s’accomplissent et que 2018 vous soit douce et heureuse !

Valérie Pécresse